Archives de catégorie AFIE_y_etait

Observatoire National du Cadre de Vie : statuts, baromètre et GT ZAN

Le 19 mai 2021 avait lieu une réunion du Comité de pilotage de l’Observatoire National du Cadre de Vie (ONCV), dont l’AFIE est membre fondateur (pour plus d’infos, voir les précédents articles à ce sujet ici et ).

À l’ordre du jour étaient la validation des statuts de l’Observatoire, ainsi que des questions qui constitueront l’enquête centrale du Baromètre du cadre de vie. Ces deux points seront vraisemblablement concrétisés juste après l’été, puisque certains membres de l’ONCV sont en cours de renouvellement de leur conseil d’administration. Ont également été abordés le projet de loi « Climat et résilience » adoptée par l’Assemblée nationale et en actuellement en discussion au Sénat – quelles en seront les conséquences pour l’aménagement des territoires et le cadre de vie des Français ? Quelles sont les inquiétudes des professionnels et des collectivités ? Quels outils permettraient d’y répondre ?… – ainsi que le projet de la ministre Emmanuelle Wargon de lancer une réflexion sur le pavillonnaire et l’économie d’espace.

Suite à ces échanges, il a été proposé de constituer un groupe de travail au sein de l’ONCV, pour travailler sur la traduction de l’objectif « Zéro Artificialisation Nette » dans la future loi. Il s’agirait de produire un document (dont la forme reste à déterminer) avant la commission mixte paritaire prévue en juillet 2021, à destination des sénateurs et parlementaires. Elle devra exposer une vision commune aux membres de l’Observatoire sur les écueils à éviter et les solutions que nous pouvons proposer pour contribuer à l’atteinte de cet objectif ZAN.

Afin de transmettre un discours aussi fidèle que possible aux valeurs des écologues, dans toute leur diversité, nous faisons appel aux adhérent.e.s pour échanger sur ce vaste sujet. Si cela vous intéresse, vous êtes chaleureusement invité.e.s à prendre contact avec Robin Chalot, qui nous représente à l’ONCV (robin.chalot@gmail.com).

Assemblée Générale 2021 de l’AFIE

L’Assemblée Générale Ordinaire s’est tenue en visio le 10 avril dernier. Outre le bilan des activités 2020 et le renouvellement de 4 membres du CA – nous souhaitons à ce sujet la bienvenue à Lisa Jacquin qui rejoint l’équipe cette année ! – deux projets d’importance ont été évoqués avec les participants :

  • La proposition d’un nouveau modèle de gouvernance pour l’AFIE : plutôt qu’un bureau classique (président.e, vice(s)-président.e(s), trésorier.e, secrétaire), l’idée serait de constituer un collectif de direction composé de 5 personnes, parmi les membres élus au CA, qui se partageraient les fonctions administratives de l’association. Il s’agit à la fois de mieux répartir les tâches, notamment celles de la présidence, qui représentent une charge importante et difficilement conciliable avec les emplois-du-temps de chacun.e (les fonctions du CA sont bénévoles, donc effectuées sur notre temps libre) ; d’assurer la continuité du fonctionnement administratif même si l’un.e des membres du collectif est temporairement moins disponible ; et de mieux refléter l’organisation actuelle et souhaitée, qui privilégie des décisions collégiales plutôt qu’une personnification de l’association à travers sa ou son président.e.
  • La mise à jour des statuts de l’association. Cette mise à jour est motivée d’une part par le point précédent, puisque la nouvelle organisation nécessiterait d’être détaillée comme telle dans les statuts, d’autre part par le projet d’obtenir la reconnaissance d’intérêt général pour l’AFIE. Celle-ci permettrait notamment de considérer les cotisations comme des dons ouvrant droit, pour les adhérent.e.s, à une réduction d’impôt. Elle nécessite toutefois une redéfinition des objectifs de l’association, plus en phase avec les évolutions des ces dernières années : ouverture des adhésions à tous les profils d’écologues, mais aussi plus largement à des membres sympathisants, présence soutenue dans les débats publics et les actions de diffusion des méthodes de l’écologie scientifique, etc. La mise à jour des statuts permettraient également d’ajuster des formulations peu claires ou devenues obsolètes, et de réaliser un travail similaire sur le règlement de l’AFIE.

Vous recevrez très prochainement via la mail-list AFIE les détails de ces deux propositions, afin que chaque membre puisse en prendre pleinement connaissance et faire part de son avis ou de ses interrogations. Une Assemblée Générale Extraordinaire sera organisée par la suite afin de soumettre le projet de nouveaux statuts au vote des adhérent.e.s.

De nombreux autres sujets ont été abordés durant cette matinée, tels que les attentes concernant le site de l’AFIE, les possibilités d’implication des membres dans les activités de l’association, ou encore les liens à tisser avec les acteurs privés. Nous vous laissons les découvrir dans le compte-rendu de l’AG, disponible dans la rubrique « Services aux adhérents > Ressources documentaires > l’AFIE y était : les comptes-rendus ».

En 2021, rejoignez l’AFIE et sa communauté !

Chers Collègues, écologue ou sympathisant,

En cette année 2021, rejoignez-nous !

Une nouvelle équipe, un nouveau site internet, de nouveaux outils et une belle dynamique des adhérents pour porter collectivement la voix des écologues et de la préservation de la Biodiversité : autant de bonnes raisons de d’adhérer ou de ré-adhérer ! N’hésitez pas à visiter l’ensemble du nouveau site internet pour vous faire une idée des dernières actions de l’association.

Et si cela ne suffisait pas, rappelez-vous que votre adhésion à l’AFIE vous permettra également de :

  • Faire partie d’un réseau national d’écologues que l’on peut solliciter via le réseau régional ou la liste de discussions électronique (questions d’ordre technique, méthodologique, bibliographique, éthique…), et ainsi développer vos contacts professionnels (réseau d’échanges et de soutien) ;
  • Soutenir l’association nationale qui défend la profession d’écologue dans toutes les instances de la société et des institutions françaises (Ministères et services associés, Pôle Emploi…) par le biais de son code de déontologie (intégrité et transparence des prestations) et la promotion de bonnes pratiques (méthodologies d’inventaires et gestion des milieux, …) ;
  • Recevoir des informations ciblées sur l’écologie appliquée (actualités, événements, formations…) qui sont diffusées via un groupe de discussions électronique ;
  • Avoir accès à des offres d’emploi ciblées pour des écologues souvent avant leur diffusion dans les médias spécialisés ;
  • Être inscrit(e) à l’annuaire des membres et ainsi se faire connaître auprès des autres membres ou tout autre public cherchant des écologues professionnels pour leurs compétences et savoir-faire ;
  • Pouvoir contribuer ou assister à différents travaux collaboratifs pour lesquels on ne pourrait le faire à titre personnel ou pour lesquels la structure dans laquelle on travaille n’est pas sollicitée.
  • Bénéficier d’un tarif réduit, voire de la gratuité lors de l’inscription à un évènement. C’est le cas par exemple pour les Assises nationales de la biodiversité, qui ont lieu tous les ans depuis 2011. Les adhérents AFIE bénéficient de la gratuité des frais d’inscription, ce qui représente une économie de 200 € environ…
  • Vous engager à mettre en œuvre, défendre et promouvoir des pratiques suivant le code déontologique de la profession.

Toutes ces actions ne peuvent avoir lieu qu’avec votre concours financier.

Aussi, pour continuer à nous soutenir et bénéficier de ces services, nous vous invitons à consulter la grille des cotisations et à adhérer.
Nous sommes impatients de vous compter (de nouveau) parmi nos membres !

Bien écologiquement,

Le Conseil d’Administration de l’AFIE

L’AFIE au Vivant’Jeudi du CIBI sur « Connaissons-nous la biodiversité en ville avant d’aménager ? »

L’AFIE est intervenue au 1er Vivant’jeudi de 2021 du CIBI (Conseil International Biodiversité & Immobilier) sur le sujet « Connaissons-nous la biodiversité en ville avant d’aménager ? » le 21/01/2021.

Nous avons pu rappeler que la connaissance biodiversité est la base de tout travail d’analyse des enjeux, des impacts, mais aussi une vraie opportunité d’innover en matière de conception et de sensibiliser les acteurs de l’aménagement au-delà des questions réglementaires !

Cet évènement a été l’occasion pour le groupe de travail (dont l’un de nos membres fait partie) « Qualité des inventaires et des études urbaines d’écologue non règlementaires » de restituer son travail, dans le cadre de l’amélioration notamment du label BiodiverCity®, pour :

  • Émettre des prescriptions pour harmoniser la qualité du travail des ingénieurs écologues
  • Trouver des leviers pour rendre les rapports plus attractifs
  • Définir une grille de caractérisation des habitats urbains.

Une étude très intéressante et qui mérite d’être poursuivie pour toujours mieux travailler à co-construire la ville de demain AVEC la biodiversité et les écologues.

L’AFIE à l’Observatoire National du Cadre de Vie

Depuis 2019, l’AFIE participe à la construction d’un Observatoire National du Cadre de Vie, en partenariat avec 6 autres représentant de professions et d’acteurs concernés par cette thématique :
– l’Ordre des géomètres-experts,
– le Conseil national des architectes,
– l’Ordre des avocats du Barreau de Paris,
– l’Office professionnel de qualification des urbaniste,
– l’Union nationale des aménageurs,
– la Fédération des SCoT,
– la Fédération française du paysage.

Plusieurs étapes ont été franchies dans l’année qui vient de s’écouler :
=> Élaboration d’une définition commune du cadre de vie, afin de s’accorder sur l’objet de l’Observatoire et de le communiquer à son sujet. Cette définition se veut à la fois suffisamment large pour englober tous les éléments qui constituent le cadre de vie des citoyens, mais également accessible à tout un chacun, en évitant un langage trop technique.

=> Formulation des grands objectifs de l’Observatoire : sans trop circonscrire à ce stade les actions que nous mènerons, ces quelques paragraphes offrent une feuille de route pour guider les premiers pas de l’ONCV.

=> Rédaction des statuts : ceux-ci doivent encore être approuvés officiellement par chacun des membres fondateurs, mais le comité de pilotage du 18 novembre 2020 a permis de régler les derniers détails de la rédaction.

Et pour l’année à venir ?
Un premier outil, le baromètre du cadre de vie, est en cours de construction et fait l’objet de discussions animées au sein du Copil. Il se présentera vraisemblablement en deux parties : une première série de question assez générales, permettant de cerner ce qui fait la qualité du cadre de vie de chaque territoire selon les citoyens, et de suivre au cours du temps leur évolution ; une seconde qui variera d’année en année, pour étudier plus en profondeur une thématique d’intérêt, selon l’actualité ou les questions que pourront soulever les travaux de l’Observatoire.

Nous souhaitions également faire connaître l’ONCV lors d’un événement public en 2020 : le contexte sanitaire ne nous a pas permis de mener ce projet à bien. C’est donc un objectif reporté à 2021, en espérant que la situation s’améliore !

En attendant le compte-rendu détaillé de la réunion du 18 novembre, retrouvez ceux des comités précédents dans la rubrique « Services aux adhérents > Ressources documentaires > l’AFIE y était : les comptes-rendus« .

L’AFIE au comité de labellisation EcoJardin

L’AFIE accompagne la labellisation EcoJardin depuis une dizaine d’années en participant aux comités de labellisation.

L’organisation du label national EcoJardin se veut pédagogique et transparente. Elle repose sur une gouvernance associant trois parties indépendantes entre elles :
• Plante & Cité, plateforme nationale d’études et d’expérimentations sur les espaces verts et le paysage, propriétaire du label et qui en établit le référentiel avec l’appui d’un comité technique ;
• L’Agence régionale de la biodiversité en Île-de-France, animateur de la procédure d’attribution qui s’appuie sur un comité de labellisation pluraliste composé de représentants des collectivités territoriales, des entreprises, des scientifiques, des associations environnementales (dont l’AFIE) et de l’État ;
• des organismes indépendants chargés de l’audit des sites présentés.

Le comité de labellisation du label EcoJardin s’est réuni le 27 novembre 2020. 83 sites se sont vu attribuer ou renouveler le label EcoJardin, référence de gestion écologique, portant ainsi à 577 le nombre de labellisés en France. En 2020, ce sont 11 nouveaux gestionnaires qui rejoignent le réseau EcoJardin.
Vous retrouverez le détail des débats sur le lien suivant : compte rendu du comité du 27 novembre 2020.

Plante & Cité et l’Agence Régionale de Biodiversité en Ile-de-France organisent chaque année depuis 2012 la Rencontre EcoJardin, qui valorise les témoignages de labellisés. Cette journée s’adresse aux professionnels intéressés par la gestion écologique des espaces verts grâce à la démarche EcoJardin (collectivités territoriales, entreprises du paysage, paysagistes- concepteurs, bailleurs, établissements de formation, entreprises privées…).
Cette année, elle aura lieu le Lundi 1er février 2021 de 9h30 à 17h. Vous retrouvez le détails du programme et les modalités d’inscription en cliquant sur le lien suivant : programme de la Rencontre EcoJardin.

L’AFIE a fait remonter au Ministère les problématiques des associations et gestionnaires d’espaces naturels dues au confinement

Poursuivant le tour des acteurs de la biodiversité pour s’assurer de recueillir leurs difficultés et besoins afin de trouver des solutions pendant cette nouvelle période de confinement, Mme la Ministre Bérangère Abba a réuni le 05/11/2020 les acteurs associatifs et gestionnaires d’espaces naturels.

L’AFIE, ainsi que de nombreux réseaux comme l’A-IGEco, FNE, la FNPNR, la FCEN, …, ont ainsi pu relayer les besoins de leurs adhérents et les transmettre au cabinet de la Ministre qui nous a écoutés et s’est engagée à apporter des solutions à l’aide ses équipes.

De nombreux sujets ont été abordés, et certaines réponses d’ores et déjà apportées. Ainsi la Ministre :

  • assure que des directives ont été envoyées aux préfets pour facilité la délivrance des dérogations afin de garantir la mise en œuvre de l’ensemble des suivis naturalistes menés par des salariés et des bénévoles.
  • promet que tout sera fait pour que les subventions soient versées sans retard.
  • s’engage a travailler sur le sujet de la redirection des subventions 2020 attribuées à des projets non menés pour cause sanitaire, ou le fléchage de nouvelles subventions vers budget de fonctionnement alloués à la transition numérique (achat de matériel informatique et téléphonique individuels pour le travail à distance par exemple).
  • comprend le besoin de souplesse dans les délais de réalisation des études et travaux, en particulier ceux menés dans le cadre de projet subventionnés par l’OFB, les Life, les contrats N2000, etc… .
  • approuve le fait que la concertation dans des conditions de confinement est un des plus gros défis à relever mais doit rester une priorité absolue pour les projets.
  • entend et a demandé à l’A-IGEco plus d’éléments sur la problématique des formations en écologie, privées de sorties terrain et contraintes au cours en distanciel, avec des étudiants en recherche de structures pour leurs stages et alternances.
  • Souscrit complètement à la nécessaire continuité des missions de police et de surveillance contre les atteintes à l’environnement et a déjà donné des directives pour que ces dernières soient poursuivies sur le terrain.

Merci à tous les adhérents qui se sont mobilisés dans des délais très brefs pour contribuer à ce travail !!

La synthèse des remontées des membres AFIE ainsi que le compte-rendu de la réunion rédigé par le MTE sont disponibles dans les ressources documentaires. Vous y trouverez également les circulaires adressées aux Préfets pour les inventaires naturalistes, la pêche, les centres de soins à la faune sauvage.

L’AFIE travaille avec le Ministère pour maintenir les projets et les entreprises pendant le confinement

Mme la Ministre Bérangère Abba a réuni le 03/11/2020 une partie des représentants des « entreprises » travaillant à la préservation de la biodiversité pour discuter des problématiques liées au reconfinement, afin de faire remonter les difficultés des ces acteurs.

L’AFIE, ainsi que d’autres réseaux comme l’A-IGEco, a ainsi pu relayer les besoins de ses adhérents et les transmettre au cabinet de la Ministre qui a entendu, pris note et s’est engagée à apporter des solutions à l’aide ses équipes.

De nombreux sujets ont été abordés, et certaines réponses d’ores et déjà apportées. Ainsi la Ministre :

  • assure que les terrains naturalistes pourront continuer grâce à des dérogations.
  • est consciente des problématiques de délais de paiement des opérateurs publics et veille à leur respect pour ne pas mettre en danger les petites structures.
  • entend la difficulté à se projeter et donc à embaucher sur des contrats long-terme.
  • approuve le fait que la concertation dans des conditions de confinement est un des plus gros défis à relever mais doit rester une priorité absolue pour les projets.
  • insiste sur le besoin pour tous de se saisir de l’outil « plan de relance« , en demandant aux acteurs d’être mobilisés et réactifs, avec des projets mûrs et bien ficelés, de manière à être les premiers à bénéficier des budgets alloués !

Merci à tous les adhérents qui se sont mobilisés dans des délais très brefs pour contribuer à ce travail !!

La synthèse des remontées des membres AFIE est disponible dans les ressources documentaires.

L’AFIE remet le Prix « coup de cœur du jury » du Prix national du génie écologique

L’A-IGÉco, le Centre de Ressources Génie écologique de l’Office français de la biodiversité (OFB) et le Ministère de la Transition Écologique (MTE), ont eu le plaisir d’animer l’atelier de présentation des lauréats au Prix national du Génie écologique 2020, qui s’est tenu le 8 octobre dernier lors 10èmes Assises Nationales de la Biodiversité.

Les lauréats ont ainsi été conviés à présenter leur projet et à échanger sur ces derniers lors d’une matinée dédiée. Ils ont ensuite été mis à l’honneur lors de la cérémonie plénière de clôture des Assises, l’après-midi.

Le prix a récompensé l’ensemble des acteurs impliqués dans les projets lauréats : maîtres d’ouvrage, bureaux d’études, maîtres d’œuvre, entreprises de travaux, fournisseurs, organismes de recherche, associations.

Intitulée « Génie écologique au service de la reconquête de la biodiversité », cette journée a ainsi été l’occasion de mettre en visibilité des opérations ambitieuses répondant à une vision intégrée des enjeux écologiques d’un territoire et démontrant une amélioration de l’état de la biodiversité.

L’AFIE a remis aujourd’hui le Prix coup de cœur du jury au lycée agricole de Rochefort Montagne pour son projet de restauration des hydrosystèmes locaux en lien avec l’exploitation agricole bio en place. Bravo à eux !
Nous continuons d’accompagner les écologues des BTS GPN dans leur parcours professionnel.

Vous pouvez retrouver sur le site de l’A-IGEco les projets lauréats et leur diaporama.

Les webinaires de l’AFIE aux Assises Nationales de la Biodiversité

EDIT : Retrouvez les enregistrements des deux ateliers sur le site d’IdealCo, aux liens suivants :
Artificialisation et cadre de vie
Agriculture et séquence ERC
L’inscription à la plateforme (gratuite) est nécessaire pour les visualiser.

À l’occasion des 10e Assises Nationales de la Biodiversité, l’AFIE organise deux ateliers-débats en format webinaire :

  • Artificialisation et cadre de vie (mercredi 7 de 14h30 à 16h), avec Juliette HENRY (étudiante à l’EUP), Denis MACHADO (ARB Ile-de-France), Philippe PACAUD (OGE) et Isabelle RICHARD (Environnons)

    L’objectif d’atteinte du « Zéro Artificialisation Nette » formulé par le Plan Biodiversité soulève des inquiétudes légitimes concernant le maintien du cadre de vie. La réduction massive des nouvelles surfaces artificialisées nécessite-t-elle de renoncer aux besoins et attentes des populations ? La densification des espaces déjà urbanisés risque-t-elle de renforcer la pression foncière sur les espaces végétalisés urbains ? Les termes écologiques et sociaux de cette équation ne pourront pas être efficacement traités de façon isolée. La notion de cadre de vie peut-elle les réconcilier ?

  • Agriculture et séquence ERC (jeudi 8 de 11h30 à 13h), avec Anne-Charlotte VAISSIERE (AgroParisTech) et Françoise SARRAZIN (OFB).

    Les espaces agricoles sont une composante essentielle de nos paysages, de l’économie et forment de véritables écosystèmes porteurs de biodiversité. Ces espaces sont fortement impactés, notamment en périphérie des villes, par les projets d’aménagement. La valorisation de la phase « évitement » de la doctrine ERC comme outil/instrument incitatif permettrait de gérer durablement le foncier : imperméabilisation, consommation d’ENAF ou étalement urbain.
    Quelles sont les conditions de réussites de la séquence ERC dans les milieux agricoles ?
    Quels outils/ leviers pour limiter la perte des ENAF ? (quelle relation entre ERC et ZAN ? ) Jusqu’à quand compenser les terres agricoles ? La compensation environnementale : un atout ? Comment réussir la compensation environnementale dans les milieux agricoles ? Quel accompagnement des acteurs de la profession et des collectivités ? Agriculture résiliente : l’agroécologie comme SFN ?

L’accès aux webinaires sera communiqué sur le site Internet des Assises : https://www.idealco.fr/evenements/1ie-assises-nationales-de-la-biodiversite-113

Nous vous attendons nombreux pour participer à ces débats !